En cette période d’incertitude économique et de situation sanitaire dégradée, le marché de l’emploi n’est pas au beau fixe. Les analystes prévoient plusieurs centaines de milliers de postes dues au Covid. Cependant, pour les nouveaux salariés ou celles et ceux qui ont changé de société pour un poste plus en adéquation avec leurs prétentions, est-ce raisonnable de renégocier sa période d’essai sans risquer de se faire licencier ?

S’il est recommandé d’être prudent surtout en cette période, quelques éléments peuvent être pris en considération pour obtenir quelques avantages non discutés lors de la phase de recrutement.

Renégocier les clauses de son contrat notamment à la fin de sa période d’essai

En fonction de son poste, de son expérience et de son assurance, tout salarié peut demander une réévaluation du salaire à la sortie de la période d’essai. Cette réévaluation peut être écrite dans le contrat de travail ou la promesse d’embauche, ou orale. Dans ce dernier cas, il est prudent de demander à l’entreprise une confirmation écrite comme quoi le salaire serait augmenté une fois la période d’essai terminée.

Ce type d’initiative peut amener des tensions avec la direction et fait prendre un risque non négligeable pour l’employé. Si l’entreprise est en difficulté par rapport à la baisse de son chiffre d’affaires à cause de la situation sanitaire, et si le poste concerné n’est pas critique, l’employeur peut très bien mettre fin à la période d’essai et laisser l’employé « sur le carreau ». Ce genre de négociation en pleine période d’essai doit être analysée en détail pour ne pas compromettre ses chances de confirmer son poste au sein de l’entreprise et de se retrouver dans une situation inconfortable.

Plusieurs questions doivent être posées avec des réponses claires et précises avant de se lancer dans cette voie. Les questions essentielles sont : suis-je indispensable pour les activités de l’entreprise ? Est-ce que mon poste est stratégique et difficilement remplaçable ? Suis-je dans une fourchette de salaires raisonnable pour demander cette augmentation ? Est-ce que la société est suffisamment solide pour accepter une telle négociation de salaire ?

Enfin, pour anticiper un possible échec et une rupture de contrat, mieux vaut avoir une échappatoire et sécuriser ses arrières en ayant d’autres entreprises intéressées par son profil.

Obtenir les avantages d’un employé de même catégorie

Autre point de négociation possible pour la période d’essai : réduire sa durée afin d’obtenir les différents avantages que les employés ont, pour le même type de poste. Imaginons que l’obtention d’une voiture de fonction soit conditionnée à l’exécution de la période d’essai, vous pouvez dans ce cas demander à votre employeur de ne pas renouveler votre période d’essai, et de vous « titulariser » d’emblée.

La fin de la période d’essai est également un avantage pour investir dans l’immobilier ou pour obtenir des facilités de prêt de toutes sortes. Dans certaines entreprises, des avantages sociaux ou des œuvres sociales peuvent être conditionnés à la fin de la période d’essai. Dans tous les cas, si vous pensez être totalement intégré dans les équipes et si vous estimez avoir fait vos preuves au sein de l’entreprise, le non-renouvèlement de la période d’essai et la confirmation de votre poste peut être un axe de négociation intéressant.

Si l’entreprise refuse en vous imposant un renouvèlement de la période d’essai, à vous d’estimer si vous êtes en position de passer en force et d’infléchir cette décision. Vous pouvez par exemple faire comprendre que d’autres entreprises sont intéressées par votre profil et qu’en cas de renouvèlement de votre période d’essai, vous risquez de voir ailleurs. C’est un pari risqué, mais qui peut réussir.

Egalement, vous pouvez faire appel à un coach privé pour vous aider dans vos démarches afin d’atteindre vos objectifs.